SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
09/10/2018

René Audibert: Les mille parfums du miel...


René Audibert est apiculteur récoltant. Son repaire se trouve non loin de la chapelle Sainte-Marguerite, près du Broc, au dessus de Carros (06). Les 24 hectares de terre et de bois s'offrent au visiteur après un parcours sinueux veiné d'ornières, auprès duquel les sangliers creusent leur bauge. En face, le village de Gillette s'agrippe à son rocher en regardant l'Esteron. En montant vers le chemin, des murets romains et ligures soulignent les restanques où se posent les ruches, où se cultivent les légumes et les fruits de cette terre généreuse, traitée avec respect.



Le miel...

Dans la miellerie... © Fabrice Roy
Dans la miellerie... © Fabrice Roy

La maison est en bois, la miellerie est en parpaings. La chaleur pour l'homme, la solidité pour la fabrication du miel. A la fin du printemps, les essaims et leurs ruches sont portés dans la montagne, à la Colmiane, à Saint Dalmas de Selvage ou plus haut, encore. Les abeilles butinent à foison, fleurs des champs, lavande, offertes à leur gourmandise.

La production de miel s'étale de mars à octobre.

Dans la miellerie, la partie haute des ruches, la "hausse", comme on dit, attend que les cadres qu'elle contient soient débarrassés de leur cire et libèrent dans la centrifugeuse le miel qui s'échappe dans un seau comme un ruisseau de lave dorée. Un dernier passage dans un filtre pour le libérer de ses dernières impuretés et le précieux nectar est prêt à remplir les petits pots de verre convoités par les amateurs.

La cire est dissociée des alvéoles de miel. © Fabrice Roy
La cire est dissociée des alvéoles de miel. © Fabrice Roy

La lave dorée... © Fabrice Roy
La lave dorée... © Fabrice Roy

© Fabrice Roy
© Fabrice Roy

La terre...

© Fabrice roy
© Fabrice roy
Dans son havre de Sainte Marguerite, René Audibert travaille aussi la terre. Ou plutôt, il la regarde porter les légumes et les fruits qui poussent dans une apparente anarchie.
Apparente seulement, car orchestrée par une nature qu'on laisse travailler comme elle l'entend. Les plants de tomate non palissés se marcottent tous seuls et rampent à la rencontre de la coriandre, des poivrons, des petits pois.
Les rangs de brocolis explosent leur bourgeonnement vert foncé.
Les pastèques sont arrivées là par hasard, grâce à des pépins noyés dans le compost.

René Audibert est le chef d'un orchestre qui joue tout seul une mélodie différente chaque jour.

© Fabrice Roy
© Fabrice Roy

© Fabrice Roy
© Fabrice Roy

Le trouver...

René Audibert. © Fabrice Roy
René Audibert. © Fabrice Roy
Prenez rendez-vous avec René, c'est le mieux! Il vous expliquera où trouver ses produits ou comment venir chez lui.

lerucherdesaintemarguerite@gmail.com

Tél: 06 74 00 08 50






Facebook